Équilibrer son ego

Notre ego est la conscience que nous avons de nous-même, la représentation que nous nous faisons de notre personnage. Il se construit au fil de notre vie et est influencé par notre culture, notre éducation, notre vécu. Il traduit nos croyances et nos valeurs.

Notre ego est essentiel, car il nous protège dans des situations où notre intégrité ou notre bien-être physique ou psychique pourrait être menacé. Il importe donc de lui laisser une certaine place, contrairement à ce que l’on entend parfois.

Mais il est tout autant nécessaire d’apprendre à l’équilibrer. Parce qu’un ego surdimensionné est à la base de réactions inappropriées :

  • il nous pousse à cacher nos erreurs par peur du jugement ;
  • il nous empêche d’accepter nos faiblesses par peur du ridicule ;
  • il déclenche notre susceptibilité face aux opinions des autres, jusqu’à devenir destructeur de relations sociales.

L’école stoïque antique a beaucoup contribué aux réflexions sur l’idée d’ego, et plus spécifiquement Epictète [1] et Marc Aurèle [2]. À l’époque, ces philosophes accordaient davantage d’importance à trouver des réponses pratiques aux problèmes du monde qu’à développer des concepts abstraits. Il est surprenant de voir à quel point ces ouvrages sont encore d’actualité.

Dans son livre « Ego is the Enemy » [3], Ryan Holiday conclut en ces termes :

« […] il est admirable de vouloir devenir de meilleurs hommes ou femmes d’affaires, de meilleurs athlètes, de meilleurs conquérants. Nous devrions tous aspirer à développer nos connaissances, améliorer notre situation financière… Nous devrions chercher à faire de grandes choses. Personnellement, je sais que je le veux.

Mais il existe un accomplissement tout aussi impressionnant : être une meilleure personne, être plus heureux, être plus équilibré, être davantage satisfait, être humble et altruiste. Ou mieux encore, être tout ça à la fois. Et ce qui est évident – mais le plus souvent ignoré – c’est que le fait de perfectionner ces traits personnels conduit souvent au succès professionnel, alors que l’inverse est rare.

Apprendre à remettre en question nos pensées habituelles et à réprimer nos pulsions destructrices n’est pas simplement une exigence morale de toute personne honorable. Développer ces capacités nous rendra plus heureux car elles nous aideront à naviguer dans les eaux perfides que l’ambition nous poussera à parcourir. Et développer ces capacités sera une récompense en soi. […] »

Au sortir de la seconde guerre mondiale, une fois l’économie remise sur les rails, l’industrie aéronautique a repris son développement en bénéficiant de nombreuses avancées technologiques. Les compagnies aériennes avaient besoin de pilotes pour faire voler leurs avions ; et les anciens pilotes militaires constituaient les seuls candidats possédant les compétences nécessaires.

Ces valeureux pilotes-soldats avaient traversé (et survécu à) la guerre en chevauchant souvent seul leur fier destrier. On appelait d’ailleurs « As » de la guerre les pilotes de chasse ayant remporté au moins cinq victoires en combat aérien, victoires qu’ils affichaient fièrement en peignant des cocardes sur leur zinc.

Les compagnies aériennes ont proposé une nouvelle vie à ces aviateurs qui avaient appris à se débrouiller seul : celle de commandant de bord sur avion de ligne. Dans cette nouvelle vie, ces As ont été flanqués d’un copilote et d’un mécanicien de bord, voire parfois d’un navigateur et d’un ingénieur radio. Tout ce monde dans leur cockpit !

Certains s’y sont rapidement accoutumés, mais nombre de ces commandants de bord ont exercé leur autorité de manière autocratique pendant des années. Et nombre de leurs copilotes ont eu tendance à reproduire ce style de commandement par la suite. Ce fonctionnement au sein des équipages a causé de nombreux accidents, par exemple celui de Tenerife ayant fait 583 le 27 mars 1977.

En conséquence, le CRM – Crew Resource Management – s’est développé et les pilotes ont notamment fini par apprendre qu’ils sont faillibles. Rien de moins ! Eux, ainsi que d’autres professionnels. Dans son livre « A life in error », le psychologue James Reason évoque la situation dans les soins de santé. Il y écrit :

« Les études dans le domaine des soins de santé, particulièrement en ce qui concerne les médecins, reposent sur un paradigme d’apprentissage de la perfection. Après un parcours très long, difficile et coûteux, on attend d’eux qu’ils sachent bien faire les choses. La conséquence en est que l’erreur médicale est marginalisée et stigmatisée. Elle est synonyme d’incompétence (en contraste avec la situation dans le domaine de l’aviation et dans d’autres domaines). » [4]

Ce constat dépasse les deux seuls domaines de l’aviation et de la santé. Quel que soit le milieu dans lequel vous évoluez, si on vous appelle « Superman » suffisamment longtemps, vous finirez sans doute par croire que vous savez voler.


[1] Epictète, Le Manuel d’Epictète, publié pour la première fois autour de l’an 125 AD.
[2] Marc Aurèle, Pensées pour moi-même, publié pour la première fois autour de l’an 175.
[3] Ryan Holiday, Ego is the enemy. The fight to master our greatest opponent, Profile Books, 2016. Traduit par l’auteur.
[4] James Reason, A life in error, Ashgate Publishing Company, 2013. Traduit par l’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *