Quelle influence avez-vous sur le mindset des autres ?

Dans mon dernier post, je vous avais présenté les deux états d’esprit identifiés par Carol Dweck et son équipe : le fixed mindset et le growth mindset. Je vous avais également proposé quelques exemples de comportements attestant de l’un ou l’autre. Et j’avais terminé par une bonne nouvelle : nous avons tous la possibilité de développer un growth mindset.

Crédit : strengthscope.com

Au travers de nombreuses recherches, Dweck a établi que notre mindset est façonné par nos interactions avec nos parents, nos professeurs, nos tuteurs et autres coaches.

Par exemple, notre capacité à entendre un feedback critique et constructif, puis à le prendre en compte dans une démarche d’amélioration et de dépassement, semble dépendre en grande partie de nos expériences d’enfant.

Soit nous avons régulièrement été mis face à nos responsabilités et encouragés : « Tu as échoué parce que tu n’as pas assez travaillé, libre à toi de faire en sorte d’être mieux préparé la prochaine fois. » (growth mindset)

Soit nous avons été surprotégés par rapport à nos échecs : « C’était trop difficile pour toi, ce n’est pas de ta faute. » (fixed mindset)

D’autre part, les éloges dont nous gratifions parfois nos petits trésors ont un impact négatif sur leur mindset. « Tu as été très rapide dans la résolution de ce problème, tu es intelligent ! » peut faire plaisir et booster l’enfant à court terme. Mais sur le plus long terme, celui-ci risque d’être impacté par le corollaire de cette phrase : « Si j’échoue ou si je ne suis pas aussi rapide à l’avenir, je ne serai plus considéré comme étant intelligent, donc je ne vais pas me risquer à la résolution de problèmes plus compliqués. »

Dans sont excellent livre « Mindset », Dweck propose quelques exemples d’interactions parent/enfant ou prof/enfant, afin de nous aider à prendre conscience de l’importance de notre propre mindset et de la communication qui en découle.

Fixed : Tu as eu le maximum au test sans même etudier, qu’est-ce que tu es intelligent ! 
Growth : Tu as eu le maximum au test sans même etudier, il devait être beaucoup trop facile pour toi.

Fixed : Je comprends que tu sois déçu. Moi je trouve que tu aurais dû gagner cette compétition, ce n’est pas juste.
Growth : Je comprends que tu sois déçu, mais les autres compétiteurs pratiquaient depuis plus longtemps que toi. Continue à t’entraîner et tu y arriveras.

Fixed : Je comprends que tu aies envoyé valdinguer ce puzzle, il a l’air très difficile. Je n’ai jamais été très doué en puzzle non plus.
Growth : Ce puzzle a l’air difficile, mais ce n’est pas une raison pour l’envoyer valdinguer. Je te propose d’en essayer un plus facile. Tu reviendras à celui-ci plus tard.

Fixed : Tu as de nouveau renversé ton verre, tu es vraiment maladroit !
Growth : Quand on renverse son verre, on va chercher une serpillère et on éponge.

Fixed : Tu n’es peut-être pas fait pour ça.
Growth : C’est nouveau pour toi, c’est normal que tu trouves cela difficile. Tu verras, à force de pratiquer, d’essayer différentes stratégies, de poser des questions, tu seras de plus en plus confiant.

Et dans notre environnement professionnel, en tant que manager ou que « simple » collègue, ne tirerions-nous pas quelque bénéfice à développer un growth mindset ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.